Dans quels cas avez-vous droit à être indemnisé suite à une erreur médicale ?

Si la responsabilité du prestataire de soins peut être prouvée

Afin d’obtenir une indemnisation, vous devrez, tout d’abord, porter votre affaire devant les juridictions civiles.

Ensuite, afin d'engager la responsabilité du prestataire/établissement de soins, trois éléments devront, en principe, être démontrés :

  • Une erreur
  • Un dommage
  • Un lien de causalité entre l'erreur et le dommage

Si la preuve de ces trois éléments est rapportée, vous aurez droit à une indemnisation complète. Cependant, prouver l’existence de ces trois éléments est souvent difficile.

C'est d'autant plus vrai lorsque différents intervenants sont impliqués dans le traitement médical : le ou les médecins traitants, le personnel soignant, l'équipe médicale, l'hôpital... Les différents prestataires de soins ont chacun leurs tâches spécifiques, ce qui peut rendre ce type de dossier très complexe.

Afin d’augmenter vos chances de remporter un éventuel procès, il est important que vous demandiez une copie de votre dossier médical dès que possible.

Sachez également que, sur le plan médical, il vous sera extrêmement utile de vous faire assister par un médecin-conseil.

Outre la responsabilité civile, la responsabilité pénale du prestataire de soins de santé peut également être engagée pour autant que les actes médicaux reprochés constituent également des infractions au Code pénal.

Voici quelques exemples d’infractions pénales pertinentes :

  • Coups et blessures intentionnels (art. 392, 398 et suivants du Code pénal)
  • Coups et blessures involontaires (art. 418 et suivants du Code pénal)
  • Défaut d'assistance (art. 422bis Code de procédure civile)
  • Violation du secret professionnel (art. 488 du Code pénal)

Dans ces hypothèses, vous pouvez déposer une plainte avec constitution de partie civile devant le juge d'instruction pour tenter d'obtenir une indemnisation.

Si la responsabilité du prestataire de soins ne peut être prouvée

Comme nous l'avons déjà mentionné, il se peut que les dommages subis à la suite d'un accident médical n’engagent aucunement la responsabilité du prestataire de soins ou de l'établissement de santé.

Pour l'indemnisation des dommages dont personne ne peut être déclaré responsable, on se tournera vers le Fonds des accidents médicaux. La procédure devant le Fonds est gratuite.

Le Fonds n'est compétent que pour les dommages causés à partir du 2 avril 2010.

En outre, des conditions strictes, encadrant cette possible indemnisation, ont été fixées. Les dommages de la victime doivent être suffisamment graves que pour pouvoir être indemnisés par le Fonds. Par "grave", il faut entendre :

  • Un patient souffrant d'un handicap permanent de 25 % ou plus ;
  • Un patient atteint d'une invalidité totale depuis au moins six mois ou six mois non consécutifs sur une période de douze mois ;
  • Un patient qui est décédé ;
  • Les perturbations particulièrement graves des conditions de vie, y compris des conditions économiques, causées par l'accident médical.

Si vous le souhaitez, nous pouvons bien évidemment vous assister dans le cadre de la procédure à mener devant le fonds des accidents médicaux.

Prenez contact avec nous

Remplir le formulaire
Eugenie Van Der Meersch

Des questions sur une infraction ou un accident ? Besoin d'aide à la suite d'une citation ?

Nos experts sont prêts à répondre vos questions gratuitement ! Contactez-les à l'adresse suivante:

Nous sommes disponibles 7/7, tous les jours de 08h30 à 22h00, y compris les week-ends.

Actualités

 Indemnité de procédure : principe et montants

Lundi 07 Février 2022

Indemnité de procédure : principe et montants

Après un procès, une des parties doit parfois payer une « indemnité de procédure » pour couvrir les frais d’avocat. Qu’est-ce que cette indemnité de procédure, quels sont les montants courants, et surtout : qui doit la payer ? Intolaw aborde dans cet article le principe d’indemnité de procédure ainsi que les principales choses à savoir sur ce recours après un procès.

En savoir plus
 Véhicules prioritaires : définitions et application du Code de la route

Mercredi 05 Janvier 2022

Véhicules prioritaires : définitions et application du Code de la route

Sur la voie publique, certains véhicules auront toujours priorité. Mais vous vous êtes sûrement déjà posé quelques questions sur ces priorités : Quels véhicules sont considérés comme prioritaires en Belgique ? Quand ont-ils le droit de passer le feu rouge ? Dans quelles conditions un véhicule est-il prioritaire, et avec quelles conséquences ? Intolaw aborde les principales règles liées aux véhicules prioritaires, et précise les principaux cas de priorité.

En savoir plus
 Que faire en cas d’accident avec une partie adverse étrangère ?

Jeudi 16 Septembre 2021

Que faire en cas d’accident avec une partie adverse étrangère ?

Vous êtes impliqué dans un accident avec un véhicule étranger et vous vous demandez comment obtenir un dédommagement pour les dégâts ? Intolaw vous propose de découvrir dans cet article comment obtenir le remboursement des dégâts en cas d’accident impliquant des véhicules immatriculés dans des pays différents. Besoin du conseil professionnel d’un avocat après un accident ? Contactez-nous.

En savoir plus
close menu 1u