Vos conditions générales résisteront-elles à la tempête des hausses de prix ?

 Vos conditions générales résisteront-elles à la tempête des hausses de prix ?

Le Covid-19 a été omniprésent dans le secteur médical ces dernières années, mais récemment, le virus s'est également imposé dans le secteur de la construction. Les prix des matériaux, tels que les briques et les produits en ciment, mais aussi les produits en acier, sont montés en flèche ces derniers mois.

Ces prix volatils font qu'il est extrêmement difficile pour les entrepreneurs d'établir une offre précise pour leurs clients finaux. Il est donc très important d'inclure les clauses de révision de prix nécessaires dans les conditions générales afin d'éviter autant que possible tout litige futur.

Lorsque l'on jette un éclairage juridique sur cette question, il apparaît rapidement qu'il faut distinguer les contrats avec les consommateurs (B2C) et les contrats avec les entreprises (B2B).

Contrats avec les consommateurs (B2C)

En principe, les contrats sont contraignants pour les parties. Cela signifie que, lorsqu'un prix a été convenu entre les parties, il ne peut être modifié sans autre forme de procès. Pour pouvoir s'écarter du prix initialement convenu après la conclusion du contrat, il faut une base contractuelle.

De nombreuses entreprises prévoient donc une clause de révision des prix dans le contrat lui-même ou dans les conditions générales. Cela permet à l'entreprise de répercuter les hausses de prix des matières premières ou des matériaux sur le client. Toutefois, le code économique impose des restrictions aux entreprises afin de protéger les consommateurs.

Par exemple, l'article VI. 83.3 CDE précise qu'en aucun cas une entreprise ne peut augmenter unilatéralement le prix sur la base d'éléments qui dépendent purement de sa volonté dans les contrats à durée déterminée.

Une simple référence au fait que "les prix peuvent être adaptés en fonction des taux alors en vigueur" ne suffira donc pas à l'égard des consommateurs. En outre, la clause de révision de prix doit être rédigée de manière compréhensible et claire.

En ce qui concerne les consommateurs, il existe deux options possibles pour une clause de révision des prix.

Une première option consiste à lier l'éventuelle augmentation des prix directement au prix des matières premières. Toutefois, une telle clause ne serait applicable que jusqu'à un montant de 80 % du prix total, selon la loi sur la relance économique.

Une deuxième option consiste à travailler avec les prix quotidiens des matériaux et des matières premières. Cela exige une transparence totale de la part de l'entrepreneur vis-à-vis du client. Dans ce cas, l'entrepreneur devra donc faire connaître au client les marges qu'il prend lui-même sur les matériaux. En outre, une augmentation du prix journalier ne peut jamais conduire à une augmentation des marges pour l'entrepreneur.

Ces clauses doivent donc être rédigées avec beaucoup de soin et d'expertise afin de protéger au mieux l'entrepreneur contre la fluctuation des prix des matériaux.

Contrats avec les entreprises (B2B)

Un contrat établi entre entreprises jouit évidemment de beaucoup plus de liberté. Néanmoins, certaines règles ont également été imposées par le législateur pour ces transactions.

Ainsi, l'article VI. 91/5 CDE stipule qu’en l'absence de preuve contraire, une clause qui donne à une entreprise le droit de modifier unilatéralement le prix sans raison valable doit être considérée comme illégale. 

Ici aussi, des clauses claires et compréhensibles doivent être rédigées.

Entre entreprises, une clause de révision de prix sera acceptée si elle repose sur une raison valable. Une augmentation des prix des matières premières est généralement acceptée par la jurisprudence et la doctrine juridique comme une raison valable.

Que pouvez-vous faire maintenant ?

Il deviendra extrêmement important pour chaque entreprise active dans le secteur de la construction de faire rédiger des conditions générales correctes et claires, de manière à ce qu'il y ait le moins de place possible pour la discussion.

Intolaw propose un service unique, appelé "Pocketlawyer", adapté à chaque entreprise de construction. Une de nos formules comprend un examen de vos conditions générales. Si vous souhaitez obtenir de plus amples informations, n'hésitez pas à contacter votre personne de contact ou à consulter notre site web www.moncontratonline.be/pages/pocketlawyer.


Prenez contact avec nous

Actualités

 La profession juridique va-t-elle bientôt faire d'énormes progrès numériques ?

Jeudi 30 Mai 2024

La profession juridique va-t-elle bientôt faire d'énormes progrès numériques ?

Aujourd’hui, presque toutes les catégories professionnelles, des entrepreneurs aux prestataires de soins de santé, recherchent dans l'Intelligence Artificielle (IA) des applications potentielles dans leur domaine spécifique. Le silence régnait cependant dans la profession juridique. Nous, chez Intolaw, cabinet d'avocats axé sur les données, spécialisé dans le droit de la circulation et de la responsabilité, brise aujourd’hui ce silence en annonçant une collaboration avec le MIC. « Dans la profession juridique, il faut encore un changement de mentalité en matière d'innovation et de technologie. La profession juridique ne doit pas être aveugle à la réalité et nous espérons inspirer d'autres cabinets d’avocats à suivre la même voie », déclare Jeroen Vande Sijpe, fondateur d'Intolaw.

En savoir plus
 Tout savoir sur l’éthylotest anti démarrage

Tout savoir sur l’éthylotest anti démarrage

Dans cet article, nous examinerons en détail ce qu'est un éthylotest antidémarrage, les circonstances dans lesquelles il est imposé, ainsi que les procédures, la durée et les coûts associés à son utilisation.

En savoir plus
 Utiliser la bande d'arrêt d'urgence pendant un embouteillage ? Mauvaise idée !

Utiliser la bande d'arrêt d'urgence pendant un embouteillage ? Mauvaise idée !

Que ce soit lors des trajets quotidiens pour se rendre au travail ou lors des voyages annuels, nous sommes tous familiers avec le phénomène des embouteillages. Rien n'est plus frustrant que de devoir patienter alors que la sortie est à portée de vue, à quelques centaines de mètres seulement. Mais quelles sont les conséquences pour avoir circuler sur la bande d'arrêt d'urgence ?

En savoir plus
close menu 1u